Allen Carr, on en parle toutes. Surtout au début. Et même plus tard, parce que les petites choses qu’il a faites avancer dans notre cerveau d’ex fumeuses ont parfois été décisives. Souvent, même. Il suffit de relire l’article de Blondie pour comprendre.

Une aide indéniable, sa méthode simple à Allen!

Certes, tout le monde ne le lit pas jusqu’au bout : d’un point de vue littéraire c’est un peu limite quand même (je sais on ne lui demande pas des exploits de ce côté là, mais ça peut aussi constituer un frein pour certaines) mais il semble faire l’unanimité quant à l’efficacité et c’est tant mieux!
A la version pour tous dont parle Blondie, il a ajouté un volet « pour les femmes ».

 

Et, comme Allen Carr tenait absolument à être limpide et accessible à tous, il a simplement appelé son livre:

« La méthode simple pour les femmes qui veulent arrêter de fumer »

Pour celles qui ont lu l’autre (La méthode simple pour ceux qui veulent arrêter de fumer), inutile de se procurer celui-ci EN PLUS. C’est grosso modo le même mais comportant quelques arguments destinés plus particulièrement aux filles. Euh… aux femmes comme Allen nous nomme. C’est tout de même plus élégant (?). Enfin peut-être.

Voici ce que dit la quatrième (désolée je n’ai pas pu m’empêcher de faire quelques commentaires!):

« 
LA solution révolutionnaire qu’attendaient toutes CELLES qui veulent cesser de fumer:

– rapide et sans douleur (euh… sans douleur…tout est relatif, je le concède, mais moi, l’aspect sans douleur je suis passée à côté)

sans médicaments ni substitut (donc gratos, les filles, pas de récupération par l’industrie du sevrage après avoir engraissé  l’industrie du tabac pendant des années. C’est pour moi l’élément central de la méthode)
– aussi efficace pour les adolescentes que pour les fumeuses de longue date (élégant j’vous dis, il n’a pas dit « vieilles » ni même « mûres ». La classe!)
– elle respecte les différents moments de la vie d’une femme (là, c’est clair, il ne s’adresse pas aux hommes. Il y a de l’hormone et du cycle là-dessous)
– elle renforce la confiance en soi (vrai vrai vrai) et élimine toute sensation de stress ou de manque (sur ce point, les avis se partagent en deux camps: d’un côté Allen, de l’autre toutes celles qui ont connu une passe « humeur de chienne ». D’accord elle passe, mais tout de même, très souvent elle semble inévitable).
– elle préserve la féminité de chacune (là je dois dire que je ne vois pas trop en quoi le sevrage la mettrait en danger, mais bon) en évitant la prise de poids (parce que rondelette on n’est pas féminine peut être? Quoiqu’il en soit, ce livre aide véritablement à mener une vraie réflexion sur les différentes compensations et par là même à les éviter)
– elle agit une fois pour toutes et sans contraintes (une fois pour toutes? à vos témoignages!) »

 

S’il est important de garder l’esprit critique en éveil, une chose est sûre, c’est que ce bouquin a/va squatter le chevet de nombre d’entre nous un bon moment et qu’Allen, il en a aidé plus d’une. Moi y compris!
Si certains points font sourire, quelques une de ses phrases restent collées à l’esprit des mois durant.

Une vraie bible du sevrage!

Rendez-vous sur Hellocoton !